Animal Kingdom : critique

Publié le par Voxhunt

Cela fait déjà environ deux semaines que le film Animal Kingdom est sorti mais je vous en fait la critique ? Pourquoi me direz-vous, et bien parce qu'Animal est un film très intéressant, aux différents point de vue , et puis je vous mets la critique parce que j'aime critiquer, voilà.

 

http://www.stardusttrailers.com/gallery_wallpaper/(121210152346)Animal_Kingdom_wallpaper.jpg

 

Synopsis : Animal Kingdom se déroule dans la banlieue de Melbourne, dans les années 80. Les brigades de police tiennent plus des bandes de cowboys arbitraires que des divisions rigoureuses et spécialisées telles que nous les connaissons aujourd'hui. C'est dans ce climat que vit Joshua Coy. Sa mère meurt et il va donc devoir vivre chez sa famille la plus proche : une famille de criminels plutôt bien connus des services de police. Joshua Cody va alors évoluer dans ce milieu très violent.

 

Une biche au Royaume des Animaux

 

http://media.coveringmedia.com/media/images/movies/2010/08/01/animal_kingdom_01.jpg

 

L'histoire commence tout simplement avec la mort de la mère d'un adolescent, jusque là pas d'énorme innovation, David Michôd fait une entrée en matière tout en douceur. Mais dès qu'il quitte le cocon familial (désolé pour l'expression, j'ai pas trouvé mieux), la bulle dans laquelle il vivait, ce jeune homme se retrouve confronté à la vie extérieure la vraie.

C'est en cela que le scénario est plutôt bien ficelé, on suit les pas d'un garçon complètement désorienté, il ne sait pas qui il est ni qu'est-ce qu'il fait là et c'est exactement la sensation ressentie.On se demande ce qu'il

se passe lorsqu'on voit les allées et venues des membres criminels de la famille, à l'instar du héros.

On se rapproche du film Ghost Dog de Jim Jarmush, on est spectateur de l'action, simple passant qui ne comprend pas grand chose à cet univers bien complexe. Puis on évolue, le film continue et on comprend au fur et à mesure que l'on découvre les petits détails, tous les petits indices que nous sème le réalisateur. Rien de flagrant, juste assez pour pouvoir commencer à entrer dans la peau de personnages, cerner le carcatère de chacun sans en découvrir toutes les facettes.

Ensuite une action très lente, toujours à l'instar de Ghost Dog ou de Broken Flowers (si on veut changer un peu de genre ) toujours de Jim Jarmush. Je ne suis pas un grand amateur d'actions lentes (Broken Flowers entre autres) mais quand cette action s'accélère, le plaisir de découvrir l'histoire de façon crescendo n'est que plus intense. On commence avec quelque chose de simple, long, on se dit qu'on va vraiment se faire chier mais on se force à regarder car Animal Kingdom captive et accroche puis l'action s'accélère (pas trop non plus), on peut alors croiser les informations et plonger tête la première dans le film. N'abandonnez donc pas dès les 15 premières minutes qui sont vraiment très longues (à mon avis).

 

Animal Kingdom possède un scénario très bien ficelé, on sent que ce dernier a été travaillé, maintes fois remanié. David Michôd a fait mûrir ce projet magnifique et a fait éclore (désolé pour les métaphores bouseuses mais on est au printemps, c'est la saison) un très bon scénario bien rôdé que l'on peut percevoir sous différentes formes.

 

La violence, toujours à votre service

 

http://www.imfdb.org/w/images/thumb/b/b6/AK_J_Beretta92_2.jpg/400px-AK_J_Beretta92_2.jpg

 

"Paix et amour mes frères ! " BAM, coup de fusil à pompe.

Amateurs de boucherie sanglantes, de gunfights à l'américaine passez votre chemin. Pas de ça dans Animal Kingdom, David Michôd a préféré éviter une violence trop facile, une violence trop exhibée à la Tarantino (je ne suis pas en train de démonter Pulp Fiction ou Reservoir Dogs, loin de là ).

On fait ici affaire à une violence plus morale, plus viscérale. On ressent vraiment quelque chose lorsqu'un personnage meurt. Dans Animal Kingdom, la violence est plus utilisée comme un objet qui favorise l'avancée d'une histoire et non pas comme la trame principale de l'histoire. Un meurtre n'est jamais vain contrairement à beaucoup d'autres films, dans ce cas la violence faite par un personnage ou subie par un personnage est très importante et lourde de conséquence. Dans l'univers d'Animal Kingdom tout a un prix, un univers régi par la loi du talion.

Mais en même temps David Michôd banalise cette violence. Le héros ne ressent rien à la mort de sa mère, contrairement à nous ,les spectateurs, qui trouvont ce comportement bizarre voire outrant. Mais on n'est alors qu'au début de l'histoire, il nous reste beaucoup de chemin à parcourir jusqu'à la fin. Et durant ce long trajet on nous apprend à vivre avec l'idée que la violence est omniprésente et qu'il faut s'y faire.

Enfin on arrive à la scène finale, une scène qui résume à elle toute seule le parcours que l'on a fait avec cet adolescent, avec lequel on a évolué. Cette scène résume le message que veut nous faire passer le film, un message simple : "Rien n'est sans conséquences."

 

Les acteurs

 

http://wwwimage.cbsnews.com/images/2010/08/10/image6759834g.jpg

Je commence avec un gros coup de coeur, l'acteur qui joue le héros principal est tout simplement une révélation : James Frecheville.

Ce jeune acteur d'à peine 22 ans est australien, originaire de Melbourne et Animal Kingdom est son tout premier film. David Michôd a pris un risque conséquent qui valait largement la peine car ce garçon a un très bon jeu (sauf quand il pleure, j'aime pas quand il pleure ... il bave ) et incarne à la perfection Joshua Cody, jeune homme un peu blasé qui ne comprend pas vraiment ce qui lui arrive. Résultat que les acteurs les plus connus ne sont pas nécessaires à la réussite d'un très bon film (ce que les studios hollywoodiens ne comprendront jamais).

 

http://static.indianexpress.com/pic/uploadedImages/bigImages/B_Id_198840_Jacki_Weaver.jpg

 

Après on a Jacki Weaver dans le rôle de la grand-mère de Josh. Là encore je ne connaissais pas l'actrice (elle aussi australienne) mais j'ai apprécié la façon dont elle jouait son personnage. Une grand-mère plutôt jeune, qui est tout le temps présente mais que l'on n'entend pas beaucoup. Et dans la façon dont elle se comporte même si rôle prend de l'importance au fur et à mesure que le film avance. Une vieille femme en apparence douce et gentille mais qui n'hésite pas à montrer les crocs quand il le faut.

 

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/73/96/94/19223830.jpg

 

Guy Pearce ( Le Discours d'un Roi, La Route, Démineurs) on y arrive ... un bon acteur avec un jeu à la hauteur mais cependant son rôle n'est pas si important que ça dans le film. Même si chaque personnage a une importance, l'inspecteur Leckie joué par Guy Pearce est un petit rôle certes mais qui lui va bien, je regrette quand même un bon pétage de plombs.

 

 

 

 

Animal Kingdom est un bon, voire très bon film que je vous conseille vivement. En effet le film est resté discret lors de sa sortie en salle et n'a pas trop fait de vagues mais le critiques s'entendent sur le fait que David Michôd nous propose ici un véritable film digne de ce nom. Cependant Animal Kingdom est un film au genre particulier et à l'action très lente et ne sera pas apprécié à sa juste valeur par la plèbe (je me sentais obligé ) grand public car le film fait plutôt partie du cinéma d'auteur qui fera plaisir à la plupart des cinéphiles. Amateurs et passionnés de cinéma particulier, différent des superproductions américaines, n'hésitez plus !

 

Publié dans Critique cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article